23 décembre 2008

Bouche d'égout

hyene

Hey vieux !

Tu prends tout l'espace, tu t'étales, tu te répands, tu engloutis, tu phagocytes.

Tu t'enroules, tu te déploies, tu étouffes, tu cannibalises, tu opprimes.

Tu t'allonges, tu te déroules, tu t'affales, tu vantardises, tu fanfaronnes.

Hey machin !

Tu plonges la pièce dans l'obscurité de toutes tes lumières.

Tu greffes des entonnoirs dans les oreilles et les yeux pour mieux nous remplir de ton rien.

Tu claironnes tes vérités comme un messie usé qui réitère pour mieux convaincre.

Tu immoles tes mots, persuadé de cracher des phénix qui resplendiront comme une auréole.

Hey bouffon !

Tu trônes dans les soirées avec tes phrases toutes faites, toutes prêtes, toutes bêtes.

Tu règnes dans les apéros avec tes codes usés, râpés, élimés, éculés de ta mère.

Tu sièges dans les expositions, avec ta critique révisée par une lecture assidue de Pif Gadget.

Tu philosophes avec des balises sous les yeux, stockées dans les consignes des magazines.

            Hey  l’ancien !

Tu te délectes à nous faire attendre, alors que nous attendons simplement que tu ne viennes pas.

            Hey toi !

Tu me fatigues…

Toute similitude avec un personnage existant est tout à fait volontaire. Si par hasard, il apprend à lire sur ce texte... qu'il n'hésite pas à être rancunier.

Posté par polipoterne à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Bouche d'égout

Nouveau commentaire